topblog Ivoire blogs

09/09/2018

LES ENFANTS COMME DONATION DE DIEU AVEC CHARGE POUR UNE MEILLEURE SOCIÉTÉ.

LES ENFANTS COMME DONATION DE DIEU AVEC CHARGE POUR UNE MEILLEURE SOCIÉTÉ.

En droit, la donation avec charge est celle qui est conclue sous certaines conditions. Ainsi, concrètement, une personne peut offrir à son ami une voiture sous réserve de transporter chaque matin, ses enfants à l'école.

Par cette donation, cette personne transfère, à titre gratuit, la propriété de la voiture à son ami mais l'exercice de ce droit par ce dernier, est quelque peu limité car soumis à une condition résolutoire ( c'est à dire celle qui peut conduire à la résolution ou pour dire simple, à la fin du contrat en cas de l' inexécution de l'obligation)

Il en est de même des enfants que Dieu donne gracieusement aux parents. Cependant, il les leur donne à charge de les nourrir, entretenir, éduquer et instruire. Il s'agit là en fait, des obligations dont tout parent (Père ou mère) doit répondre. En effet, c'est en remplissant ses devoirs parentaux qu'un parent (Père ou mère) est qualifié de responsable .

En outre, la bible, dans Proverbes 6, 22 dit:« Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre; Et quand il sera vieux, il ne s'en détournera pas.»

Dès lors, l'on peut retenir que le bon encadrement qu'un parent (Père ou mère) assure à son enfant garantit le bon comportement futur de celui-ci dans la société. La qualité de cette dernière dépend d'ailleurs, du niveau de formation des enfants dans la famille. C'est la raison pour laquelle les constitutions de certains États reconnaissent la famille comme la cellule de base de la société. Ainsi, si on veut avoir une bonne société, on prépare et on organise de bonnes familles. En revanche, si on veut détruire une société, on commence par déstabiliser la famille. De ce fait, on peut dégager la règle suivante: « Pas de bonne famille, pas de bonne société.», or ce sont les parents qui, par le mariage qu'ils forment devant l'Église, dirigent les familles. L'Église se présente alors comme protectrice des familles à travers, la bénédiction nuptiale que différents hommes de Dieu accordent aux parents ( mariés). Au regard de cette fonction importante, pour combattre la famille, on hésite pas à attaquer l'Église dans toutes ses dimensions et diversité puisqu'elle est le rempart de la famille par différents sacréments, prières et cultes qu'elle organise au bénéfice des parents et leurs enfants.On cherche donc à affaiblir l'Église de telle sorte qu'avec ou sans moyens matériels ou financiers, les parents soient en manque de ressources spirituelles et morales pouvant leur permettre de bien s'occuper de leurs enfants, dons de Dieu.

Il en résulte donc qu'être parent, à l'époque actuelle , n'est pas une chose aisée. C'est à la fois une vocation et une mission. En effet, Dieu appelle les hommes et femmes à être parents et les envoie à accomplir les tâches liées à la maternité et à la paternité. Les parents ne doivent donc pas se contenter d'être géniteurs. Ils sont invités à aller au delà de ce rôle. Ce qui n'est pas facile en ces temps de conjoncture économique difficile et de dépravation des moeurs. Néanmoins, par la grâce divine, ils réussiront.

Puisse le bon Dieu bénir tous les parents du monde et les assister dans la réalisation de leur noble mission qu'il leur a lui même confiée pour une meilleure société.

Maître Christian Kalambay

18:43 Écrit par CHRISKAL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

LES LIBERTES PUBLIQUES

Les libertés publiques
 
On appelle "libertés publiques" l'ensemble des droits et des libertés individuelles et collectives garantis par les textes constitutionnels et législatifs d'un Etat. Les libertés ne sont dites publiques que si l'Etat intervient pour les reconnaître et les aménager, quel que soit l'objet de cette liberté. Les libertés publiques sont  la traduction dans le droit positif, des Droits de l'homme et des droits fondamentaux lesquels sont issus du droit naturel.
 
Dans un État de droit, la protection juridique qui est conférée aux libertés publiques, établit et organise leur inviolabilité. Face à un Etat qui détient l'autorité, la notion de libertés publiques impose à  ce dernier, des limites à ses prérogatives en le soumettant à des normes juridiques. C'est le respect de ces limites qui fonde la légitimité du pouvoir et caractérise une démocratie. Et cela correspond mieux à l'évolution de la conception de l'État moderne. Celui-ci est actuellement défini comme une personne morale soumise aux règles qu'elle édicte elle-même. Les libertés publiques font  partie notamment de ces règles.
 
Elles sont considérées comme des « droits de créances» que les citoyens (créanciers) ont envers l'État ( débiteur) lequel est tenu à les respecter dans le cadre du contrat social les liant. Ainsi, contrairement à ce que certains pensent, on ne peut pas parler de violation des droits de l'homme lorsque l'État ou ses agents sont victimes des faits répréhensibles commis par les citoyens. Dans ce cas, il s'agit plutôt, soit des infractions de commun, soit des infractions politiques.
 
Cela étant précisé, ci-après la liste de libertés publiques, à titre exemplatif:
 
1. Droit à la vie,
2.Liberté d'aller et de venir (liberté de circulation)
3.Liberté du domicile (Possibilité de choisir son domicile, d'en changer à sa convenance, garantie contre sa violation),
4.Garanties contre toute détention, arrestation ou pénalité non prévue par la loi,
5.Liberté de l'intimité (inviolabilité du domicile et de la correspondance),
6.Liberté d'association,
7.Liberté de réunion,
8.Liberté de manifestation,
9.Liberté de conscience ou de croyance (liberté religieuse, liberté de culte),
10.Liberté d'enseignement (Droit d'enseigner, d'opter pour un enseignement et de choisir le maître qui le dispense),
11.Liberté d'opinion ou de pensée, liberté d'expression,
12.Liberté de la presse,
13.Liberté économique (liberté d'entreprise, liberté du commerce et de l'industrie, liberté de la concurrence, d'exercer la profession de son choix, de conclure des contrats d'ordre privé)
14.Liberté du travail (Droit de louer ses services selon sa volonté, droits relatifs à l'exercice d'une profession, droit de grève)
15.Liberté syndicale (Possibilité d'adhérer au syndicat de son choix ou de ne pas se syndiquer, ensemble des droits relatifs à la formation d'un syndicat et à l'exercice du syndicalisme),Etc.
 
 Me Christian Kalambay

17:22 Écrit par CHRISKAL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

LE DROIT A L'ENVIRONNEMENT SAIN COMME NOUVEAU DROIT DE L'HOMME.

Le droit à l'environnement sain comme nouveau droit de l'homme.

Le droit à l'environnement sain est un nouveau droit de l'homme. En tant que tel, il est considéré comme un « droit de créance» que les citoyens (créanciers) ont envers l'État (débiteur) lequel est tenu à le respecter dans le cadre du contrat social qui les lient.

Les citoyens ont donc le droit de réclamer le respect de ce droit par l'État. De ce fait, le droit de l'homme à l'environnement sain revêt un caractère procédural dans la mesure où son exercice est garanti par un accès à la justice.

Ainsi, à l'instar d'un créancier qui traduirait en justice son débiteur pour l’inexécution du contrat, les citoyens ont le droit d'agir en justice contre l'État qui ne leur garantirait pas le droit à l'environnement sain.

Me Christian Kalambay

17:03 Écrit par CHRISKAL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg